Jeudi 14 mars 2019 > Conférence "Réseaux d'échanges entre mondes hallstattien et méditerranéen aux VIe et début du Ve siècles avant notre ère" par Bruno Chaume

Jeudi 14 mars 2019 à 18h30
Lieu :
Site archéologique Lattara-musée Henri Prades

Jeudi 14 mars 2019 à 18h30  > Conférence "Réseaux d'échanges entre mondes hallstattien et méditerranéen aux VIe et début du Ve siècles avant notre ère" par Bruno Chaume

Dans le cadre de l'exposition "Torques et compagnie. Cent ans d'archéologie des Gaulois dans les collections du musée d'Épernay", Bruno Chaume, chargé de recherche, CNRS, UMR 6298, ARTEHIS, Dijon, propose le jeudi 14 mars 2019, à 18h30, une conférence "Réseaux d'échanges entre mondes hallstattien et méditerranéen aux VIe et début du Ve siècles avant notre ère".

Les importations grecques et étrusques découvertes sur les sites majeurs des principautés celtiques telles que Vix (Côte-d’Or) ou la Heuneburg (Allemagne) ont très tôt frappé les imaginations.
Les plus spectaculaires sont les pièces de vaisselles de luxe métalliques et céramiques. Elles faisaient probablement l’objet d’un type d’échange qui prenait la forme de cadeaux diplomatiques.
Ces dons créaient une dette. Ils impliquaient, par conséquent, un contre-don.
Cette proposition, difficilement contestable, sachant que les partenaires indigènes en question ne disposaient pas encore de monnaies adaptées aux échanges marchands, doit être conçue au sens large : les biens offerts permettaient de créer, puis d’entretenir, un lien col­laboratif avec les potentats locaux. Il s’agissait de la clé indispen­sable pour obtenir l’autorisation de procéder à des échanges plus diversifiés.
Les ressources convoitées par les Grecs et les Étrusques étaient nombreuses. Les plus demandées étaient les métaux et les esclaves.
Mais il convient d’envisager dans l’autre sens, outre les prestigieuses pièces de services de banquets, des biens dont les traces archéologiques demeurent plus difficiles à percevoir.
Si les élites et les sociétés hallstattiennese étaient dépendantes des sociétés méditerranéennes, cette forme de dépendance ne pouvait en aucun cas se comparer à une situation coloniale.


Torque tubulaire, armilles, fibule et anneau en bronze, perles en verre, ambre et corail, jatte en terre cuite de la tombe 179 de Chouilly, "Les Jogasses". Époque de Hallstatt, seconde moitié du VIe siècle avant notre ère. © Cliché Bibracte, A. Maillier / Collections du musée d'Épernay
 

Entrée libre dans la limite des places disponibles