Jeudi 15 novembre 2018 > Conférence "Le port de Lattara : historique des recherches et découvertes récentes" par Gaël Piquès

Jeudi 15 novembre 2018 à 18h30
Lieu :
Site archéologique Lattara-musée Henri Prades

Jeudi 15 novembre 2018 à 18h30  > Conférence "Le port de Lattara : historique des recherches et découvertes récentes" par Gaël Piquès

Dans le cadre de l'exposition "La navigation lagunaire. 2000 ans de secrets révélés par le musée d'archéologie de Catalogne", Gaël Piquès, chargé de recherche, CNRS, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes, propose le jeudi 15 novembre 2018, à 18h30, une conférence "Le port de Lattara : historique des recherches et découvertes récentes" par Gaël Piquès

Gaël Piquès (CNRS-ASM) nous présentera une rétrospective des recherches sur le port de Lattara, depuis les premiers travaux d’Henri Prades ainsi que les nouvelles données acquises aux cours des dernières fouilles qui viennent renouveler nos connaissances sur ce port fluvio-lagunaire antique de Méditerranée.

Fondée vers 500 av. J.-C., dans le delta du Lez en bordure du stagnum Latera, l’agglomération de Lattara s’est développée jusqu’au IIe s. après J-C dans un milieu en perpétuelle évolution, soumis aux crues répétées du fleuves. L’abondance du mobilier archéologique importé ainsi que les quais, pontons et autres aménagements architecturaux (hangars, possible phare…) mis au jour depuis les années 1960, témoignent du rôle portuaire majeur du site durant l’Antiquité.

En 2016 a débuté un nouveau programme de recherches sur la zone portuaire qui s’inscrit dans la poursuite des travaux menées sur le port par Henri Prades, puis sous la direction de Michel Py, par Dominique Garcia dans le cadre de fouilles programmées.
Ces nouvelles recherches portent sur un terrain, jusque-là peu exploré, qui s’étend au sud de la ville enclose et de l’espace portuaire précédemment fouillés.
Elles ont débuté par des prospections géophysiques, couplées à des sondages de vérification, qui ont permis de cerner les limites de l’extension méridionale de la ville, de repérer plusieurs bâtiments potentiellement en lien avec l’activité portuaire et de mettre en évidence la présence d’un chenal d’accès au port.
Sur la base de ces données, un programme de fouille triennal a débuté en 2017 sur le chenal et l’espace portuaire, mené par une équipe pluridisciplinaire du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes.

Entrée libre dans la limite des places disponibles